•        Misumena vatia  a été décrite pour la première fois par Carl Alexander Clerck en1757. La misumène variable est aussi appelée  "araignée crabe des fleurs" ou "araignée caméléon"         

                Cette araignée appartient à la famille des thomisidae , les araignées "crabes".  Cette dernière appellation se rapportant directement à l'aspect de l'aranéide et à sa manière de se déplacer, sur le côté, comme les crabes.  C'est la femelle, plus grosse, que l'on observe le plus souvent.      

          Dès le mois de juin on peut repérer la dame perchée sur les fleurs blanches... ou jaune, ombellifères ou composées (séneçon, souvent), à l'affût des insectes butineurs...

    ... sur la fleur  ...            

    misumena vatia

     

    ... ou sous la fleur !   Ici, on distingue bien les quatre yeux frontaux, deux petits au centre, "mobiles" et deux gros latéraux. Il ne faut pas se fier à l'apparente inactivité de notre araignée qui joue si bien la statue. Elle est toujours prête à sauter avec une rapidité étonnante sur l'imprudent qui s'aventurerait pour son malheur à portée de ses pattes ravisseuses. On peut dire que misumena sait accueillir ses visiteurs les bras ouverts !

    misumena vatia

     

    Pourtant, elle peut faire preuve d'une étrange clémence en laissant par exemple ce coléoptère lui marcher dessus avant de s'envoler. Ayant observé cette scène plusieurs fois de suite, je soupçonne notre amie de ne pas aimer le gigot de coléoptère ( ici, variimorda villosa (Schrank, 1781) pour les pédants...) !

    Téguments trop durs ? Mauvais goût? 
     

    misumena vatia

     

     Une chose est sûre, diptère et hymènoptères sont le plus souvent à son menu. Capturer un redoutable porte-sabre ne lui fait pas peur.

    misumena vatia

     

         Un autre talent de misumena est l'art du camouflage:  blanche sur les fleurs blanches, elle est capable de devenir jaune sur les plantes jaunes. Elle sécrète un pigment jaune qui reste près de la surface de la peau quand elle se trouve sur une fleur jaune, et qui migre en profondeur quand l'araignée se place sur une fleur blanche. 

      Saurez-vous repérer notre araignée sur la photo ci-dessous?

    misumena vatia

     

     

    Cette abeille solitaire, elle, ne l'a pas vue, à son grand dam ! 

    misumena vatia

      

    Et le mâle dans tout cela ?  

              Cherchez le sur la photo ci-dessous. Vous ne l'aviez pas remarqué ?  Moi non plus...  si vous pouvez vous sentir moins seul !

    misumena vatia

     

    Quelques références web pour en savoir plus sur les thomisidae:

    fiche d'identification 01

    fiche d'identification 02

    wikipedia

    European Society of Arachnology

     

     

     

     


    votre commentaire
  • À n'en pas douter, la saison 2016-2017 des amis de Loxia a été faste.

             Je reviens une dernière fois sur notre festival de Cannes à nous, les animaliers français: le Festival de l'Oiseau et de la Nature d'Abbeville, avec cette photo communiquée par Patrick B. lors de la dernière édition. Les principaux intéressés se reconnaîtront évidemment. Un souvenir pour eux à l'occasion d'une actu très privée, mais moins affligeante (en tous cas je l'espère) des pitoyables "selfies" de Facebook !

            On reconnaitra en arrière plan l'entrée du magnifique petit théâtre d'Abbeville devant laquelle les organisateurs déroulent chaque année le tapis rouge pour recevoir public et réalisateurs. C'est ici que se déroule le festival, loin des paillettes de Cannes, mais infiniment décontracté et accueillant.

             Bonnes vacances à tous, prochaine actu au mois de septembre. 

     

                 Retour sur les festivals 2016-2017 


    votre commentaire
  •  C'est au mois de mars qu'émerge les adultes de petits paons de nuit. Comme son proche cousin, le grand paon de nuit (saturnia pyri) , l'imago du petit paon de nuit ne vit que quelques jours, sans se nourrir, avec pour unique objectif se reproduire. 

    Comme l'indique son nom le petit paon de nuit est beaucoup moins grand que Saturnia Pyri. D'autre part, l'espèce présente un dimorphisme sexuel qui n'existe pas chez le grand paon. Le mâle est plus coloré et plus contrasté, les ailes postérieures présentant une même une jolie teinte rousse. 

    Femelle de pavonia pavonia posée sur une ronce

    Le petit paon de nuit

     

    Mâle de pavonia pavonia posé sur un sureau

    Le petit paon de nuit

     

           Chez les deux espèces, les mâles présentent des antennes développées destinées à capter les phéromones émises par les femelles (photo de  droite).

    Le petit paon de nuit (pavonia pavonia)

     

     

            Les ailes des paons de nuit sont ornées d"yeux",  qui ressemblent aux motifs que l'on observe sur les plumes de paon. 

    Le petit paon de nuit (pavonia pavonia)

     
                 

     Ci-dessous: qui le mâle, qui est la femelle ?

    Le petit paon de nuit

     

    Le petit paon de nuit

     

    Mâles et femelles des deux espèces pour comparaison (proportions non respectées pour la femelle de petit paon de nuit)

    Le petit paon de nuit (pavonia pavonia)

     

    Prochain article :   "misumena vatia, l'araignée caméléon"


    votre commentaire
  • Espèce plutôt farouche en pleine nature, le harle bièvre est devenu très familier dans les villes. Ce canard à "bec denté" présente un dimorphisme sexuel. Madame a une tête brune et une petite huppe tombant sur la nuque.  La tête de monsieur est vert foncé, le corps  plus contrasté avec le dessus des ailes noir et un ventre blanc ou rose. Les photos décriront de manière plus explicite la différence existant entre les deux sexes. Maladroit sur le sol, le harle bièvre est sur l'eau un élégant canard . Il plonge pour capturer de petites proies: poissons, crustacés ou insectes aquatiques et peut rester plusieurs dizaines de secondes sous l'eau. En ville, son régime s'enrichit de nourritures diverses apportés aux colverts encore plus familiers par les promeneurs généreux : légumes et même pain ! 

    Portraits d'oiseau (3) : le harle bièvre

     

    Le harle bièvre

     

    Le harle bièvre

     

    Le harle bièvre

     

    Portraits d'oiseau (3) : le harle bièvre

      

    Portraits d'oiseau (3) : le harle bièvre

     

    Portraits d'oiseau (3) : le harle bièvre

     

    Portraits d'oiseau (3) : le harle bièvre

     

    Portraits d'oiseau (3) : le harle bièvre

     

    Portraits d'oiseau (3) : le harle bièvre



     

     


    votre commentaire
  •        Le jury a rendu son verdict ce samedi 15 avril à Abbeville. Pas de récompense pour "La goutte" ni pour  "Annabelle" qui manque la troisième marche après Namur et Albert. 

        Le prix amateur revient au belge Jean-Claude Hardy pour son film  "Les Grèbes Huppés du Bois de la Cambre" qui remporte en même temps le prix du public !  Bravo à lui !

           Le grand prix est décerné à Franck Neveu , la révélation de ce festival, qui brille avec un film exceptionnel: "Le voyage de l'eau". Magnifique...

     

    Palmarès du Festival de l'oiseau et de la nature d'Abbeville 2017Palmarès du Festival de l'oiseau et de la nature d'Abbeville 2017

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le palmarès complet sur le site du festival :  

    Palmarès 2017 du Festival de L'Oiseau et de la Nature d'ABbeville


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires