• Misumena vatia

           Misumena vatia  a été décrite pour la première fois par Carl Alexander Clerck en1757. La misumène variable est aussi appelée  "araignée crabe des fleurs" ou "araignée caméléon"         

                Cette araignée appartient à la famille des thomisidae , les araignées "crabes".  Cette dernière appellation se rapportant directement à l'aspect de l'aranéide et à sa manière de se déplacer, sur le côté, comme les crabes.  C'est la femelle, plus grosse, que l'on observe le plus souvent.      

          Dès le mois de juin on peut repérer la dame perchée sur les fleurs blanches... ou jaune, ombellifères ou composées (séneçon, souvent), à l'affût des insectes butineurs...

    ... sur la fleur  ...            

    misumena vatia

     

    ... ou sous la fleur !   Ici, on distingue bien les quatre yeux frontaux, deux petits au centre, "mobiles" et deux gros latéraux. Il ne faut pas se fier à l'apparente inactivité de notre araignée qui joue si bien la statue. Elle est toujours prête à sauter avec une rapidité étonnante sur l'imprudent qui s'aventurerait pour son malheur à portée de ses pattes ravisseuses. On peut dire que misumena sait accueillir ses visiteurs les bras ouverts !

    misumena vatia

     

    Pourtant, elle peut faire preuve d'une étrange clémence en laissant par exemple ce coléoptère lui marcher dessus avant de s'envoler. Ayant observé cette scène plusieurs fois de suite, je soupçonne notre amie de ne pas aimer le gigot de coléoptère ( ici, variimorda villosa (Schrank, 1781) pour les pédants...) !

    Téguments trop durs ? Mauvais goût? 
     

    misumena vatia

     

     Une chose est sûre, diptère et hymènoptères sont le plus souvent à son menu. Capturer un redoutable porte-sabre ne lui fait pas peur.

    misumena vatia

     

         Un autre talent de misumena est l'art du camouflage:  blanche sur les fleurs blanches, elle est capable de devenir jaune sur les plantes jaunes. Elle sécrète un pigment jaune qui reste près de la surface de la peau quand elle se trouve sur une fleur jaune, et qui migre en profondeur quand l'araignée se place sur une fleur blanche. 

      Saurez-vous repérer notre araignée sur la photo ci-dessous?

    misumena vatia

     

     

    Cette abeille solitaire, elle, ne l'a pas vue, à son grand dam ! 

    misumena vatia

      

    Et le mâle dans tout cela ?  

              Cherchez le sur la photo ci-dessous. Vous ne l'aviez pas remarqué ?  Moi non plus...  si vous pouvez vous sentir moins seul !

    misumena vatia

     

    Quelques références web pour en savoir plus sur les thomisidae:

    fiche d'identification 01

    fiche d'identification 02

    wikipedia

    European Society of Arachnology

     

     

     

     

    « Retour sur les festivals 2016-2017Portrait d'oiseau (4) : la valse du héron cendré »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :